À propos – La vie d’une étudiante

Bonjour,

Tu as eu ton Bac, ou tu es simplement un étudiant qui passe par là. Tu as du mal à t’organiser, tu te poses plein de questions ou tu es simplement curieux de voir le mode de fonctionnement d’un autre étudiant. Comme toi, j’ai eu quelques péripéties pendant mes études, et je suis là pour te partager mon expérience et ce que j’ai pu retenir durant mes six années en études supérieures. Et surtout, si tu as des questions, n’hésite pas à me les poser. N’oublie pas que je suis comme toi, et que s’entraider entre étudiants, c’est la clé de la réussite.

Maintenant que tu sais pourquoi je peux t’aider, c’est pas tout. Tu ne peux pas avoir une totale confiance en ce que je peux te dire, et c’est tout à fait normal. D’ailleurs, ce que je te révèle est vrai pour moi, mais peut-être pas pour toi. C’est aussi à toi de piocher dans ce que je vais te donner, et de faire en sorte que ta vie d’étudiant soit la meilleure possible. Mais je crois que tu le sais déjà, non ?

Tu sais -en fait, non, et c’est très bien comme ça-, avant, j’étais une fille banale, mais qui était beaucoup influencée par ce qui m’entourait. Mais avec le temps -et il m’en a fallut- je me suis rendue compte que ma vie, je la vivais pour moi, et que c’était à moi de faire mes choix selon mes propres envies et mes propres besoins.

# Petite histoire

Je vais te raconter un peu ma vie, mais c’est pour que tu comprennes un peu mieux. En apparence, j’ai eu une belle vie jusqu’à maintenant. J’étais bonne élèves et je n’avais aucun problèmes. Mais les apparences sont trompeuses. J’ai toujours fait les choses pour les autres. Pour faire plaisir aux parents, à la nounou, aux profs. Et moi alors, dans tout ça ?

J’ai suivi un parcours « bateau ». J’ai passé un Bac S option SVT en 2012, que j’ai eu sans travailler -non pas que j’avais des facilités, mais parce que je n’avais pas envie. La motivation, ça compte beaucoup dans ce que l’on fait. Et ça, je ne l’ai compris que quelques années plus tard. Je ne savais pas vraiment quoi faire après, mais j’avais quand même une âme rebelle, alors j’ai fait une année de Droit -la pire année que j’ai jamais vécu. J’ai fait un truc auquel je n’ai jamais été préparé. Et ça a été la catastrophe. Mais je n’ai pas encore compris de mes erreurs. Alors j’ai encore bifurqué à 180° en commençant un BTS esthétique, puis encore un bachelor Infographie 3D. Je ne sais toujours pas pourquoi j’ai fait ça, et même si je ne regrette rien, quelle connerie j’ai fait. Ca ne me correspondait pas du tout.

J’ai pris une année pour me recentrer, et c’est là que je me suis orientée dans un chemin que j’avais déjà commencé à fouler : les sciences de la vie. Sauf que entre temps, j’ai rencontré un gros problème. Je suis quelqu’un qui a toujours voulu faire les choses bien, même si je détestais ce que je faisais. Sauf que mon corps et mon cerveau m’ont crié STOP. Il faut que ça cesse, c’est plus possible. Et ça a été le burn out. Pendant un an, tout c’est mis sur pause. Même les choses les plus basiques, comme mon nom, je ne m’en souvenais plus. Blocage. Encore maintenant, certains souvenirs, certaines connaissances sont encore perdus au plus profond de mon esprit.

Après ce fâcheux incident, je suis retournée à la Fac, mais ailleurs. Je me suis créé une nouvelle vie, loin de tout ce qui aurait pu me rappeler cet année perdue. Loin de mes parents, de mes amis, et surtout de ma ville de coeur, Lyon -même si je ne supporte plus la vie là-bas. En 2017, j’ai recommencé une première année de Licence de Sciences de la vie, que j’ai eu avec brio, compte tenu de mon état. Et aujourd’hui, je vais mieux. Et je souhaite à tous une aussi belle réussite que celle que j’ai pu avoir.

Comme quoi, tout est possible. Il suffit d’y croire, et de tout faire pour y arriver.

# Et toi ?

J’ai beaucoup parlé de moi -logique, vu que ce blog est sur la vie d’une étudiante- mais j’aimerais bien que toi qui passe par là, tu laisses une petite trace de ta venue. Un mot, un like, un partage. N’importe quoi. Mais ce serait quand même bien qu’on instaure une relation de partage, toi et moi, tu ne crois pas ?